Une cour nomade

    Au XVIème  siècle, les rois voyageaient beaucoup, ils avaient donc plusieurs châteaux, qui avaient chacun une fonction différente. Par exemple, Chambord était utilisé pour la chasse, Amboise pour éduquer les futurs rois, tandis que Blois était un château royal ou les décisions politiques étaient prises. Les rois de France se déplaçaient de l’un a l’autre avec toute leur cour et leur mobilier. Lorsque le roi arrivait dans son château, une partie de la cour, les proches du roi, dormait au château, tandis que le reste de la cour se faisait héberger par des bourgeois de la ville la plus proche. La Cour est donc itinérante. Les châteaux royaux, pas toujours bien entretenus, sont vides : on les « tend » pour l'arrivée du monarque. Les meubles, les  tapisseries et la vaisselle précieuse suivent la Cour. François Ier aime le luxe, mais se moque du confort, et les séjours qu'il fait dans ses différentes résidences sont souvent très courts.

Le rôle de la chambre d’apparat

Cette pièce était la chambre du roi, utilisée de son lever jusqu’à son coucher, qui étaient tous deux des moments publics. Ce dernier rendait plus souvent  audience sur son lit. En effet, une fois le roi levé, c’était dans cette pièce qu’il se préparait, faisait sa toilette et prenait son petit déjeuner. Il en était de même pour le couvert du midi à 13h, qui, qui était lui aussi servi dans la chambre royale.

Cette pièce contenait la plupart du temps un caquetoir : c'est-à-dire une chaise réservée aux Dames (réputées pour être bavardes) afin que celles-ci puissent jouir du plaisir de discuter.

chambre

Le mot « apparat » vient du latin « apparus », c'est-à-dire apparaître. Ainsi à cette époque, le roi n’avait aucune vie privée et la question de l’intimité ne se posait pas. Cette salle était ouverte au public, uniquement masculin. C’était une des plus décorées du château, avec, au centre, un lit sculpté et doré, du mobilier caractéristique (coffre) que l’on doit à la sédentarisation de la cour à cette époque et enfin des murs très richement décorés avec tapisserie en soie, agrémentée de fils d’or.

Après le repas, vers 14h, le roi devait faire son choix entre promenade à pied dans les jardins, promenade en calèche avec les Dames ou alors pratique du sport national des nobles de l’époque : la chasse à la cour. Un peu plus tard dans l’après midi, le roi dirigeait son conseil à l’aide de ses fidèles ministres, au cours duquel étaient prises les décisions de l’Etat.

S’en suivait alors des divertissements divers et variés, à savoir : le théâtre, la musique, la lecture, les spectacles ou encore les réceptions (en effet  3 fois dans la semaine le roi recevait sa cour dans son grand appartement, à laquelle il offrait des buffets gigantesques et des spectacles somptueux.)

 

A 10h, le roi dînait dans l’antichambre avec quelques nobles, des courtisans et des curieux de passages debout derrière eux (en raison de leur classe sociale). Le roi se retirait ensuite dans sa chambre, pour le coucher. Cette chambre d’apparat n’était cependant pas destinée à dormir. En effet on dressait un paravent, après le coucher du roi afin de séparer la partie publique de la partie privée. C’était le seul moment de la journée ou le roi pouvait être en intimité.

Selon l’époque, il était coutume de souffler la bougie du monarque, marquant ainsi la fin de sa journée…

 

Les repas

  Assister aux repas du roi était un grand honneur pour les représentants de la cour c’était une invitation qu’on ne pouvait pas refuser… mais c’était aussi évidemment un ennui abominable, étant donné que les repas du roi pouvaient durer plusieurs heures. Le Roi mangeait en musique parfois accompagné de son épouse. Une centaine de plats étaient préparés pour le roi qui cependant n’en choisissait qu’un seul.

-8h30 : le petit déjeuner : après s’être fait lavé et ausculté par les médecins, le roi déjeune avec sa femme d’un bouillon devant une centaine de personnes, toutes masculines.

-Le déjeuner et le dîner : on distinguait deux sortes de repas. D’abord le grand couvert, le roi prenait son repas devant une centaine de personnes venues pour le regarder, comme au lever. Il y a aussi le petit couvert, le roi mange à une fenêtre donnant sur la cour intérieure du château et qui le désire peut l’observer en train de manger.

Mobilier et décor sous la Renaissance

  Au tout début de la Renaissance, sous Louis XII, l'influence gothique s'exerce encore. L'apogée de la Renaissance est atteinte grâce aux architectes et artistes italiens appelés par Francois 1er. Le plus célèbre d'entre eux est Leonard de Vinci. Les références à l'Antiquité gréco-romaine sont courantes.

Meubles 

 

A la Renaissance, le coffre est la structure de base du mobilier. Il permet une grande flexibilité de la cour, et aussi rend possible ses nombreux voyages entre les différentes demeures du Roi. Néanmoins il n’y a pas que le coffre ; en effet de nombreux autres meubles sont utilisés, tels le buffet, le siège, le dressoir,…

Tables occidentales

Les tables occidentales sont une " invention " de la Renaissance. Le Moyen Âge les ignorait qui dressait un plateau volant sur des tréteaux lorsqu'il en avait besoin. Elles deviennent donc au XVIe siècle un meuble construit dont le plateau est fixé à ses extrémités sur des pieds souvent réunis par une traverse en motif ajouré. On voit ici les pieds disposés de part et d'autre du plateau, étroits en bas et s'évasant en haut en forme d'éventail, prétexte à présenter un décor richement sculpté de volutes, et fruits, sobrement rattachés en leur milieu par un pilastre cannelé.

table
dressoir

Dressoir

Le dressoir dans le mobilier de la Renaissance, n’est plus qu’une simple étagère pour installer la vaisselle.
Comme les tables, ces meubles pouvaient être démontables ou permanents. Il s’agit de desserte ou sont déposés les objets qui doivent servir pendant le repas. Mais il finit par avoir une fonction ostentatoire. On l’utilise pour montrer la richesse du propriétaire et pour impressionner les invités ; il prend donc place dans les salles de réception.

Armoire

  Les armoires étaient imposantes, de grandes dimensions et portaient des reliefs sculptés qui offraient de belles citations de vocabulaire décoratif. La plupart des armoires étaient fait en noyer, une essence que la Renaissance a substitué au chêne médiéval.

 

coffre

 Coffre   

Il a abrité : les vêtements, le linge, l’argent, les bijoux, le grain ou le sel, …Ces meubles-bagages, indispensables fourre-tout à l’origine de tout mobilier, raconte l’histoire des sociétés. Ils sont liés aux voyages. Faciles à transporter, équipés de poignées latérales et de solides serrures, ils ont répondu pendant des siècles à tout les besoins nomades sur terre comme sur mer. Les premiers coffres, sommaires et grossiers étaient utilisés, pour le transport. Quand c’était nécessaire, ils pouvaient se transformer en bancs ou en lits.

A la Renaissance, les ferronniers, les peintres puis les sculpteurs s’appliquèrent à en faire une œuvre d’art.

  Les coffres plats étaient réservés au linge, ceux dits de chambre contenaient et protégeaient la literie.

  Les coffres de nuit recouverts de velours, étaient d’un grand luxe. Garnis à l’intérieur de linge, de peignes, d’éponges, de miroirs, de brosses restaient à demeure dans la chambre. Le soir et le matin une servante le portait sur le lit de sa maîtresse de maison qui procédait à sa toilette.